L’EQUINOXE D’AUTOMNE

Tous les ans (et même deux fois chaque année), le phénomène revient. Mais aussi vite passé, aussi vite oublié. L’équinoxe est le moment de l’année où le Soleil traverse le plan équatorial terrestre ; il change d’hémisphère céleste. Ce jour-là, le Soleil passe alors exactement au zénith sur l’équateur terrestre. Le terme « équinoxe » vient du latin aequinoctium, composé de aequus, qui signifie « égal », et de nox, pour « nuit ».

L’équinoxe d’automne, également appelé Mabon (celtique) est le moment où les jours et les nuits ont la même durée, un moment d’équilibre entre le jour et la nuit. C’est l’époque à laquelle de nombreux produits agricoles sont récoltés et les fêtes païennes sont des remerciement pour ces récoltes.

Les anc​iens concevaient la terre comme flottant dans l’eau, et le Solstice d’Eté est associé aux rivages:

– rivage de la terre qui tremble et se déplace inlassablement

– lieu de changement et d’équilibre constants entre l’année qui monte et qui descend à l’apogée de soleil.

Mais au-delà du rivage il y a les profondeurs mystérieuses de l’océan dans lequel toutes les eaux semblent se déverser et qui se fait plus sombre avec les    soirées qui raccourcissent.

C’est l’eau, la sphère de l’Équinoxe d’Automne, l’année qui descend pour s’immerger dans l’océan!

L’énergie de la récolte, de l’achèvement préparatif à un nouveau cycle, processus qui a débuté en été, arrive à son terme, c’est le temps des  espoirs comblés, temps de l’accomplissement.

Sur la ronde de l’année c’est le lieu du soleil couchant, du soir.

Dans le circuit de nos vies, il se situe au début de la vieillesse. Nous considérons en rétrospectif les acquis et les expériences de nos vies, et tel un vigneron qui admire ses raisins mûrs dans la lumière dorée de l’automne, nous pouvons cesser nos efforts et jouir tout simplement des fruits de nos vies et de notre année, quel que soit notre âge.

C’est aussi une période de réflexion et de contemplation, période pour rendre grâce pour le vécu de l’année écoulée.

Voici quelques suggestions quand aux choses que vous pouvez faire  pour vous mettre au diapason des énergies de l’équinoxe d’automne:

– faites du vin ou de l’hydromel, des confitures, de l’alcool de fruits, du cake

– démarez un journal spirituel notez-y vos expériences, vos idées, vos inspirations, commencez à écrire vos mémoires

– méditez; sur la façon des animaux de se préparer pour l’hiver, sur la danse, la musique, les arbres

– rendez-vous dans une forêt ressentez les arbres, leurs formes, leur âges (jeunes, vieux, mourants) et dansez parmi eux.

En résumé, recevez l’énergie de l’équinoxe d’automne comme un cadeau mérité, c’est là mon souhait!

Que tout cela soit en harmonie avec vous, sinon, vous passez votre tour et la prochaine fois.

« Bel automne vient plus souvent que beau printemps. » Et puis, des Quatre saisons d’Antonio Vivaldi, l’automne, c’est-à-dire le concerto n° 3 en fa majeur, est sans doute le mouvement le plus abouti de ce tube de la musique classique… Quelques mots qui confirment que les étés indiens sont plus fréquents qu’on ne le pense…

Autre vision plus ésotérique:

MABON : FÊTE DE L’ÉQUINOXE D’AUTOMNE

MABON – 21 Septembre
MABON : FÊTE DE L’ÉQUINOXE D’AUTOMNE – FÊTE DE LA MOISSON!

Mabon, plus connue sous le nom d’équinoxe d’automne marque l’achèvement des récoltes commencées à  la période de « Lughnasadh ». La fête est célébrée à la fin de la saison des récoltes, au moment où l’on coupe la dernière gerbe…

Dans le néo-druidisme, on utilise le terme « Aban Efed » ou encore »Alban Elued ».

Mabon est la récolte des fruits de la Terre-Mère, qui sous son aspect de Déesse éternelle entre dans le troisième trimestre de sa grossesse.

La Déesse pleure son consort et somnole sous les feux faiblissants du Soleil, même si le feu brûle encore en son sein.
Parfois le 20, ou 21 septembre (jusqu’au 23 septembre) (cela peut changer selon les années), c’est la Fête de Mabon, l’équinoxe d’automne, période où la durée du jour et de la nuit sont égaux.
Mais alors que le printemps est l’annonciateur de la lumière triomphante sur l’ombre avec l’apogée de l’été, l’automne annonce que l’ombre va l’emporter sur la lumière, nous amenant au cœur de l’hiver. Partout dans le monde on célèbre le soleil et les moissons (en Amérique du nord et du sud, en Europe centrale, fêtes juives, en Irlande…).
N’oublions pas que de ces moissons dépendaient la survie de la communauté. Et que l’hiver approchant grandement, toutes erreurs, toutes maladresses annonçaient un funeste avenir pour tous.
Alors plus que des libations, des banquets pantagruéliques et des danses débridées ; on se concentre plus sur la recherche de l’équilibre, du juste mouvement, du juste mot, du juste acte, de la juste pensée…
« Mabon » veut dire en gaulois : « Fils ». Il faut comprendre que la déesse est enceinte et que l’enfant qui pousse en elle est le fils qui bientôt prendra la place, auprès d’elle, de son père : le roi houx.
Le ventre de la terre mère est rond, elle est généreuse et nous offre ses fruits les plus beaux, mais en même temps elle a conscience que le temps de son bien-aimé est compté et que déjà la nuit l’emporte sur le jour.
Alors, en attendant ce jour funeste et à la fois la joie de la naissance de son fils, la déesse nous offre ses dons et part en même temps, rejoindre son havre où elle pourra se reposer (les 6 mois de repos de la nature). Mabon est présent dans de nombreuses légendes et son aura va bien au-delà de notre calendrier.
Les fêtes qui se tiennent pendant cette saison, montrent son importance. On passe de la réserve de Mabon, aux célébrations tonitruantes faites autour du raisin et de la fabrication du vin, des sacrifices mayas d’antan, aux parades asiatiques de la « mi-automne » (fête la plus populaire après le nouvel an chinois).
L’automne est la saison des moissons, des plaisirs de la table, et des célébrations de la fin de l’année (le nouvel an se célèbre le 31 octobre pour les wiccans, les néo-druides, les pagans, celtes modernes…) ; nous permettant de passer le seuil d’une année passée et celle à venir.
Peu importe où nous sommes sur cette belle planète qui est la nôtre, l’équinoxe d’automne est un moment de transition où la nature exprime son équilibre.
Des portes s’ouvrent et d’autres se ferment. Les périodes de jour deviennent égales aux périodes de nuit.
C’est le temps des récoltes, des vendanges, des réserves avant l’arrivée de l’hiver.
Remercier pour cette abondance.

C’est aussi le moment de faire le point sur ce que nous devons laisser partir et ce que nous souhaitons fortement. Honorons les mondes du visible et de l’invisible, rangeons le passé à sa place.

Les Vendanges, tradition de l’Équinoxe d’Automne
Dans la roue chamanique, l’équinoxe est la période pour trouver la sagesse, la vérité La nature se prépare pour le sommeil d’hiver. Nous entrons à l’intérieur, nous apprenons à nous recueillir, à nous reposons afin d’équilibrer et préserver nos forces et énergies. Nous entrons en même temps dans la signe de la Balance qui représente symboliquement ces idéaux harmonieux.
Nos ancêtres ont toujours accueillis la célébration de l’équinoxe comme une grande fête de rassemblement. Ensemble, nous créons un champ de résonance et c’est une grande force pour le changement et la guérison.
C’est une fête pour réflechir et méditer sur les actes que nous avons semé au cours de l’année
Mabon annonce l’automne et les dernières récoltes, le temps de finir les dernières actions commencées. C’est un moment pour se remettre en question, d’introspection et de méditation.
C’est ce jour qu’Hadès, dieu des enfers, aperçut Perséphone et en tomba amoureux.
Il l’enleva et Déméter, la déesse de la nature et de la fertilité, partit à la recherche de sa fille disparue.
Son chagrin était tel que les fleurs, plantes et arbres en flétrirent. Les Dieux ont envoyé Hermès,dieu messager, récupérer Perséphone. Hadès ne voulait point la laisser partir mais accepta à la fin. Lorsque Perséphone a voulu remonter vers le monde,elle ne put car elle avait durant son long séjour mangé 7 grains de grenade, 7 grains fatals.
Finalement, un compromis fut trouvé et Perséphone passerait 6 mois auprès de sa mère, 6 mois aux enfers près de son époux Hadès. Déméter déclara que durant ces 6 mois d’absence, la terre porterait son deuil avec elle et que nul plante ou fleur ne pousseront, jusqu’à ce que Perséphone revienne des enfers.
Décorations de la Fête de Mabon :

Du maïs, des légumes frais pour symboliser les premières récoltes, des noix, des glands, des cônes de pin et de cyprès, des épis de maïs, des ramilles de chêne, des feuilles de chêne, et tout ce qui symbolise pour vous l’automne.

Les fleurs qui fleurissent à cette saison sont toutes appropriées. Vous pouvez mettre une partie des feuilles, noix etc… dans un panier qui symbolisera le panier dans lequel vos actes se trouvent.
Pour fêter Mabon, on décorera, sa maison, son appartement, son autel, son lieu de travail, sa voiture (…) avec des pommes de pin, des légumes et fruits de saison (betterave, carotte, noix, châtaigne, raisin…). On placera des bougies vertes sombres, brunes. On peut placer aussi des chrysanthèmes, des œillets… On servira du gibier, des viandes préparées richement (sauces, accompagnements…), les légumes de saison ainsi que les fruits ; tout particulièrement les pommes. Préparez-les de diverses façons (compote, salade, accompagnement de viande, friandise…), avec le raisin et la poire, ce fruit est celui de l’automne.
En ce jour, entre ombre et lumière, symbole d’équilibre, nous sommes entiers. Les différentes parts de notre être en harmonie. Nous acceptons notre part d’ombre pour illuminer l’hiver avec notre lumière.
Nous remercions la déesse mère pour les fruits de cette année écoulée. Les graines poussées ont germés, les autres seront rendus inactives jusqu’à la nouvelle année.
Nous avons récolté le fruit de nos travaux, et nous mettons de coté pour l’avenir, nous sommes prêt à faire le ménage de nos vies, et changer nos vieilles habitudes. Ce morceau de bois est symbole de ce qui est mort en nous, inutile, et poids pour notre développement, nous le brisons pour laisser place au renouveau. Nous laissons place à l’introspection, car même au fond de l’obscurité la lumière règne toujours.
Nous sommes entre ombre et lumière pour cet équinoxe, Lug et Taranis nous accompagnent à notre droite et à notre gauche, lumière et justice pour nous guider sur notre chemin. Que pour cette nouvelle année, nos pas ne s’égarent pas, que chaque occasion à saisir nous soit dévoilé, que la force qui nous habite se nourrissent des fruits d’automnes (présenter les mures ou autres fruits), que nos faiblesses ne soient plus que qualités, que nos énergies négatives reviennent à la terre (présenter le/les marrons).
Nous faisons peau neuve pour le retour au foyer, le feu brule (présenter la bougie) et nous rendons hommage à nos morts, car en ce jour d’équilibre mort et vie se côtoient, dansent sur le même chant.
Le manteau de l’hiver, sombre obscurité va bientôt nous entourer, mais la lumière reste dans nos cœurs à tout jamais. L’eau que nous buvons est symbole de renouveau, de vie, mais aussi de place nette pour de nouveau départ, comme les feuilles morte que nous balayons (faire le geste) sur le pas de notre porte (intérieure, comme physique).
Pour clôturer cette hommage à la fin de l’année, nous remercions toutes les personnes qui nous ont aidés cette année.
Entre ombre et lumière, nous allons de l’ombre à la lumière.
Rituel de « La pomme d’amour »
 
1/ Allumez une bougie noire et une blanche, allumez de l’encens de lavande
2/Coupez plusieurs pommes (1pomme=2personnes) dans la largeur et non la longueur. Vous devez voir le cœur du fruit former un pentacle (une étoile à 5 branches), là où sont les graines.
3/Passez les pommes du coté de la tranche dans un mélange, de sucre, cannelle, cardamome, lavande et romarin, que vous aurez préalablement transformé en caramel.
4/Laissez refroidir et offrez ces cadeaux de votre amour, aux personnes qui autour de vous sont dans la difficulté et la souffrance, afin de les aider à surmonter leurs problèmes.
Donnez au moins une demi-pomme à quelqu’un que vous n’appréciez pas, afin de l’aider.
Traditions de Mabon
Il est de coutume d’arpenter les forêts et les lieux sauvages (si vous habitez en ville, rendez-vous dans un parc) pour y ramasser des cosses de graines, des plantes fanées, et autres, pour décorer la maison ou pour être utilisés plus tard dans vos travaux magiques.
Lorsque vous arrivez sur le lieu, demandez à la Déesse Mère de vous guider et remercier la nature pour ses cadeaux lorsque vous partirez. Oh ! Et restez bien attentif! Parfois une fée se manifeste!

  De L’Or S

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*